Site Overlay

Lettre ouverte aux sceptiques du végétarisme

Devenir végétarien : pourquoi pas, mais avant tout pourquoi ? 

Défense de la conscience animale et de l’antispécisme, causes écologiques, raisons de santé, bien des personnes ayant franchi le pas avancent tout autant de « justifications » aussi valables les unes que les autres. Oui, « justifications ». C’est ce que tout bon nouveau végétarien doit affronter lors de sa transition face aux clichés qui collent à la peau de cette tendance. « Comment tu fais, j’aime trop la viande pour m’en passer ! », « mais t’es tout blanc, tu n’aurais pas des carences ? », « mais tu sais qu’il se pourrait que les carottes souffrent quand on les arrache de la terre ? », et j’en passe. 

Allez viens, on est bien !

Bien à l’opposé de l’appauvrissement gustatif, le végétarisme permet la découverte d’une variété d’autres saveurs. De bien nombreuses recettes sont revisitées sans viande ou poisson : moussaka, lasagnes, spaghettis bolognaises végétariennes, le choix de retirer toute chaire animale de son alimentation permet une créativité de type « système D ». De quoi t’aider dans cette entreprise, de plus en plus de marques sortent des produits « végé » : nuggets, saucisses, cordons bleus, de quoi agrémenter tes plats facilement. Car oui, les végétariens ne sont pas des lapins qui se nourrissent exclusivement de salade et de graines, nous aimons la bonne nourriture et la varions, de quoi éviter par la même occasion les carences ! Je ne te cacherai pas que le premier Noël et le premier été sans barbecue sont des épreuves faciles, mais tout est une question d’habitude. Mais je sais que toi qui me lis, tu as déjà détourné les yeux devant des vidéos de maltraitance animale et de populations meurtries par le dérèglement climatique. Tu peux changer les choses à ta manière. Si ce n’est en devenant végétarien, cela peut être en étant attentif à la provenance de la viande que tu manges ou en mangeant un peu moins de jambon blanc et lardons premier prix juste histoire d’avoir de quoi accompagner tes pâtes.

Rédigé par Clara Guinand

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *